Investir

Investir

Investir dans les chevaux de course ne doit pas être pris à la légère. Si un simple pari sur un cheval de course exige seulement un examen des journaux spécialisés, l’investissement sur un cheval est beaucoup plus difficile.

L’investissement sur un cheval de course répond aux mêmes critères que tout autre investissement financier (reposer sur une base d’actifs solide, générer des revenus, être source de création de valeur, présenter un potentiel de croissance significatif) même si l’objet de l’investissement -le cheval-, est un être vivant qui présente donc un risque supplémentaire.

Mais il y a aussi une autre forme de retour sur investissement et il est inquantifiable : c'est l'émotion de la compétition, et le plaisir de découvrir les coulisses de ce milieu très particulier....

On assimile très souvent les courses de chevaux à des jeux de hasard. Or les courses elles-mêmes sont complètement indépendantes des jeux, qui ne représentent qu’un moyen de leur financement et de taxations. Les courses sont complètement distinctes des jeux.

Les compétitions elles-mêmes, comme dans le sport humain, génèrent une hiérarchie de valeurs des participants. Les courses engendrent des champions : des chevaux mais aussi des entraîneurs, jockeys et éleveurs.

D’un point de vue financier aussi la structure du marché est pyramidale, et il y a une corrélation directe entre l’investissement et le succès, même si, et c’est bien là le charme de la glorieuse incertitude du sport, une course n’est jamais gagnée d’avance.

Comme pour tout investissement on doit connaître son point de rentabilité et se fixer des objectifs.

Il y a plusieurs façons d'investir dans un cheval de course, et la méthode choisie dépendra en grande partie de quel budget vous disposez, et quels risques vous êtes prêt à assumer. L'investissement initial peut être aussi faible que 1000€ dans le cadre d'un syndicat, ou atteindre des millions d'€ pour un achat pur et simple. Cet investissement initial n'est qu'un élément car il faut aussi tenir compte de dépenses de fonctionnement pour l'entretien du cheval, son alimentation, les suppléments nutritionnels, le dressage, le salaire du jockey, les frais vétérinaires, les transports, une assurance contre la mortalité ou la dépréciation, etc….

Au départ on doit choisir si on veut :

• Etre participant d’un syndicat : de cette manière, les risques, les coûts et les gains sont répartis entre le nombre d'investisseurs, ou bien

• Agir seul : on prend en charge la totalité des risques mais on a accès à la totalité des gains !

Quelles sont les possibilités d’acquérir un cheval :                                                 

• Elever son propre cheval : dans ce cas, il faut au préalable posséder une jument, et il faut choisir un étalon adéquat.

• achat privé : faire une offre directe pour l'achat d'un cheval directement au propriétaire.

• location : vous payez la totalité des frais, et profitez de tous les gains, mais vous n'êtes pas le propriétaire.

• Vente publiques : des ventes publiques sont organisées dans tous les pays par des sociétés spécialisées.

• Course à réclamer : un acheteur peut acheter un cheval au cours d'une course dite « à réclamer », en payant simplement le prix revendiqué par le propriétaire avant le début de la course.

Quelles sont les possibilités de gains :

• Allocation des courses : les gains en courses représentent la première source de revenus. Une connaissance approfondie des programmes de course est nécessaire.

• La vente ou la revente de son cheval, que ce soit en courses « à réclamer », par transaction privée ou en ventes publiques. La connaissance du marché est très importante. On peut vendre un cheval à tout stade de sa carrière : foal (6 mois), yearling (18 mois), à l’entraînement, à l’élevage.

• L’élevage : les chevaux ayant été performants en courses et dotés d’un pedigree intéressant peuvent être exploités à l’élevage. Un mâle promu étalon de premier plan est l’aboutissement d’une carrière. Une poulinière peut aussi devenir une « poule aux œufs d’or »…

 

Blue Spirit Bloodstock peut vous conseiller efficacement pour que votre investissement vous apporte les satisfactions que vous en attendez.

Investing in racehorses should not be taken lightly. If a bet on a racehorse requires only a review of professional newspapers, investment in a horse can be much more difficult.

The criteria for investing in a racehorse should be similar to the criteria involved in any financial investment. (based on a solid asset base, ability to generate income, be a source of social and personal entertainment, present an opportunity to increase personal wealth) even if the object of the investment (the horse) is a living being which is hence an additional risk.

People often compare owning a racehorse and horseracing with betting. However, the races themselves are completely independent of the betting industry. Betting provides the industry with an opportunity for generating finance and involves taxation. The races and ownership prize money are a completely from the betting industry.

The competitive nature of the sport, as in all human sports, generates a hierarchy of value of the participants. The races generate champions, not only horses but also trainers, jockeys and breeders.

From a financial standpoint, the market’s structure is pyramidal, and  there is a direct correlation between investment and success, however, and therein lies the charm of the glorious uncertainty of sport, a race is never won on finance alone.

There are several ways to invest in a racehorse, and the method chosen will depend largely on what budget you have, and what risks you're willing to take. The initial investment may be as low as € 1000 in the context of a syndicate, or greater than € million for outright purchase. This initial investment is only a component of the overall costs involved because an investor must also take into account operating costs for maintenance of the horse, nutrition, nutritional supplements, schooling and training, jockeys and veterinary fees, transport, insurance against death or impairment, etc....

Initially you have to choose if you want:

• to be part of a syndicate: this way risk, costs and earnings are divided between the number of investors, or
• acting alone: you take care of all the risk but have access to all the winnings!

What are the opportunities to acquire a horse:
• Breed your own horse; in this case, you must first have a mare, and choose an appropriate sire.
• private purchase: make a direct offer to purchase a horse directly from the owner.
• rent: you pay the entire cost and enjoy nearly all the gains, but you're not the  outright owner.
• Auctions: public auctions are held in all countries by specialized companies.
 • Claiming race: a buyer can buy a horse during a race called "claimer" simply by paying the claiming price as decided by the owner before the start of the race.

What are the opportunities for gains:
• Prize money: Race earnings represent the primary source of income. A thorough knowledge of racing programs is necessary.
• The sale or resale of the horse, whether in racing "to claim" or by private transaction or public sale. Market knowledge is very important. You may sell a horse at any stage of his career: foal (6 months), yearling (18 months), training, and at stud.
• Breeding at Stud: horses having been successful in their races to a high quality and having an interesting pedigree can be exploited for breeding. The mares of quality from which breeders breed can become the "geese that lay golden eggs" ...
 

 

 

Blue Spirit bloodstck can effectively advise you in any area, so that you as an owner and investor have the greatest chance of making a success of your initial investment.