Brave Mansonnien

Brave Mansonnien

Brave Mansonnien est issu de la meilleure lignée mâle des étalons vecteurs de la fameuse aptitude à l'obstacle: celle de TOURBILLON, via Djebel, Klairon, Clarion, Luthier, Tip Moss et Mansonnien. ...et sa souche maternelle a fourni de nombreux champions, vainqueurs de Gr.1 en plat comme en obstacles.

Brave Mansonnien lui-même a gagné à Auteuil !

 

brave_mansonnien_S

 

Son père MANSONNIEN (Mort en Février 2009) : 34 c. - 5 v. (1 Gr.) - 21 pl. - 282 001 e de 3 à 6 ans. Production : Haras 1991. - Cumuls Plat 1995 - 2011 : 187 Parts./98 Vqs./1.837.681 €., Au total en Obstacles : 24 SWS (dt 13 Vqs Gr.).

Principaux vainqueurs : AROLDO - BELLE MAISON - BELLE MANSON – BELLE YEPA - BENEFIQUE - BIELO VIESA - BONBON ROSE - CARD’SON - CHIQUELO - DIAMOND BOY - ENZO DU BERLAIS - GOLDEN SILVER – GRAND ART - GRAND MATCH - GRAND NORD - GRAND SEIGNEUR - GREEN TURF - HUNORISK - ICARRO - J’Y VOLE - JEANQUIRI - KARLY FLIGHT - KLARK - LADY BOSTON - LA GRANDE OURSE - LE CHEYENNE - LE CID – LE SEYCHELLOIS - LINKWOOD - MANDCHOUE - MANSONY - MATIN PECHEUR - MERCATO - MEUTAC - MILLENIUM ROYAL - MISS MANSON – MONTSONIEN - MYSTERE DU TURF - OR OU ARGENT - PALADIO - PATTE DE VELOUR - SCARLOCK - SOLIDOR - SUBEHARGUES - TARANIS - THORGISL - VIE DE REINE - WESTONNE - YELLOWMAN.

1ère  mère : TIKISOL. Mère de 13 produits, 11 en âge de courir, 4 vainqueurs :

- Brave Mansonnien, (m., Mansonnien), 1 vict., 4 places de 3 à 5 ans en obstacles, Prix Ventriloque à Auteuil, 2e Prix Grandlieu à Auteuil, 4e Prix Léon Olry-Roederer (Gr.2), et 64 190 €. 

Tikido, (m., Laveron), 2 vict., 5 places de 3 à 5 ans en obstacles, Prix Magicienne à Auteuil, 2e Prix de Gien à Auteuil, et 31 980 €.

Fatiki, (m., Saint des Saints), 1 vict., 1 place à 3 ans en obstacles, Prix Marcel Haumant à Nancy, 2e Prix des Lecques à Marseille.

Kathy la Belle (f. 2012, Nickname), 1 vict. et 10 places de 3 à 5 ans en obstacles, Prix Mistigri à Compiègne, 3e Prix Turco à Auteuil, Loggia à Enghien, et 56.595 €. Poulinière

2ème mère : TIKITI DANCER, 1 vict., 1 place à 2 ans; 6 vict. à 3 ans en obstacles, Prix Cambacérès (Gr.1), Sagan (L.), de Chambly à Auteuil (L.), 2 pl., 2e Prix d'Iéna à Auteuil (L.), 3e Prix de Pépinvast à Auteuil (L.), et 199 403 €. Mère de 14 produits, 8 vainqueurs dont :

- KATIKI, (m., Cadoudal), 1 vict. en plat; 8 vict., 9 places de 3 à 6 ans en obst., GP d'Automne (Gr.1), Prix Cambacérès (Gr.1), Léon OlryRoederer (Gr.2), G. de Talhouët-Roy (Gr.2),R. Lejeune à Auteuil (L.), 3e Gde Course de Haies d'Auteuil (Gr.1), Prix La Barka (Gr.2).

EDGARDO SOL, (m., Kapgarde), 3 vict., 6 pl. en obst. en FR et GB de 3 à 5 ans, Red Rum Handicap Chase (Gr.3) (12), 2e Vincent  O'Brien County Handicap (Gr.3) (12), et £84,932.

Sugus, (m. Marchand de Sable), 5 vict. en plat et obstacles, 80 700 €.

- Montana Paris (f., Turgeon), 2 places en obstacles, 4ème prix Wild Monarch à Auteuil, mère de A Dieu Vat (h., Presenting), 3 vict. et 20 pl. (19), 2ème gd Steeple-chase de Lyon (L.), 3ème Gd Cross de Craon (L.) pour 155.240€ de gains, mère aussi de Enfant du pays (h., 2014 Coastal Path), 1 vict. et 4 places à 3 ans en obstacles, 3ème prix fifrelet (L.) à Auteuil et 60.060€)

- Pensamor, (m., Mansonnien), 3 vict. en obstacles, et 77 940 €.

- Tikidoun, (f., Kaldoun), 2 vict. en plat. Mère de 5 vainqueurs dont : CHANT DE LUNE, (m.), 6 vict. de 3 à 6 ans en obstacles, Prix Count Schomberg (L.), 5l., 3e Prix Hubert d'Aillières (L.), et 144 940 €.

Pina, (f., Kapgarde), 2 vict. , 3 pl. en obst. en 5 sorties, et 41 545 €.

3ème  mère  Tikiti,(Bon Mot) 1 vict., 3e Prix de la Porte de Passy (L.). Mère de 9 vainq. dont :

Alta, 3 vict. à 3 ans, 3e Prix Belle de Nuit (L.). Mère de 3 vainqueurs.

Pondiki, 1 place. Mère de TAC DE BOISTRON (5 vict., Prix Maurice de Neuil (Gr.2 )(12), Denisy(L.), 2e Prix Gladiateur Gr.3), De Boitron(6 vict. en obst., 3e Silver Trophy Chase (Gr.2), et £90,299 (12)).

4ème  mère TADJIKIE,(Prince Taj) 1 vict. à 2 ans, 3 places. Mère de 10 vainqueurs dont :

- PHILYRA, (f.), 11 vict., Premio Principe Amadeo (Gr.2).

JIK, (m.), 5 vict., Prix Hérod à Evry (L.).

TADJ, (m.), 4 vict., Le Vase d'Or à Groenendael (L.). Etalon.

Villequiro, (m.), 5 vict., 2e Derby de l'Ouest (L.), et 107 845 €.

Phil Prince, (m.), 1 vict., 2e Premio Corriere dello Sport (L.).

Rossi, (m.), 5 places, 3e Prix de l'Agence Française (L.).

 

Brave Mansonnien : un des derniers représentants de la Lignée mâle de Byerley Turk

Les trois étalons fondateurs de le race du pur-sang anglais sont d'origine étrangère: Darley Arabian vient de Syrie où il a été acquis par un marchand anglais répondant au nom de Thomas Darley;  Godolphin Arabian vient du Maroc et avait été offert à Louis XV par le calife, il avait été ensuite acheté par l'anglais Edward Coke, alors qu'il était utilisé pour tirer des charrettes; Byerley Turk quant à lui était un cheval utilisé par l'armée ottomane, capturé par un militaire anglais....

La légende de Byerley Turk

L'étalon bai est capturé par le capitaine anglais Robert Byerley en 1687 lors du siège de Buda (Hongrie) par les Ottomans - d'où son nom d'origine : Byerley's Turk. Le militaire avait remarqué ce petit cheval très beau et très rapide. Selon la légende, l'étalon était d'ailleurs si rapide et fougueux qu'il fallut plusieurs jours de traque pour parvenir à le capturer. Le capitaine Byerley l'utilisa lors d'autres campagnes en Irlande où il avait été envoyé sous les ordres de Guillaume d'Orange. L'étalon fut utilisé pour la reproduction lorsque le capitaine se retira dans son manoir de Goldsborough en Angleterre après avoir quitté le service actif. Il fut très vite remarqué pour son aptitude à produire des chevaux de course. Son meilleur fils est sans doute Basto, né en 1702 ou 1703. Acheté par le Duc de Devonshire, Basto remporte de très bonnes courses et est décrit comme « remarquablement fort » et avec « une apparence de fierté et d’esprit ». La production de The Byerley Turk inclut aussi Grasshoper, gagnant du Town Plate à Nottingham, et Black Hearty, populaire en son temps.

Byerley_turk

                                                                                       BYERLEY TURK

Classé parmi les 3 étalons fondateurs de la race du pur-sang, The Byerley Turk a été assimilé "arabe" par commodité historique. En effet, celui-ci serait cependant issu de la race des Akhal Teke, originaire du Turkmenistan..
The Byerley Turk décède à Goldsborough Hall en 1706 et est enterré non loin de là.

Herod

La lignée mâle de Byerley Turk a persisté en produisant un étalon majeur toutes les quelques générations, dont les fils allaient créer leurs propres branches. La plupart de ces branches ont cependant disparu au fil du temps (en lignée mâle).

Herod_S

                                                                                                  HEROD

Byerley Turk (1680) a engendré Jigg en 1705, qui a donné Partner en 1718, qui a produit Tartar en 1743, qui a engendré Herod en 1758.

Herod a commencé à courir à cinq ans, l'âge habituel pour commencer l'entraînement en ce temps-là.  En octobre 1763, il a remporté une course sur quatre milles à Newmarket. À six ans, il a remporté une autre course à Newmarket, puis une autre à Ascot ainsi qu'un match contre Antinous. Quand il a eu sept ans, son propriétaire est décédé et il a été vendu dans une vente de dispersion à Sir John Moore, et ce n'est qu'en 1766 qu'il est retourné sur la piste, où il a de nouveau gagné contre Antinous dans un match sur le même parcours. 

Herod a été ensuite tête de liste des étalons en Grande-Bretagne et en Irlande de 1777 à 1784. Il est maintenant considéré comme l'étalon prepondérant du stud-book du pur-sang anglais. A noter que Cypron, la mère de Herod était par Blaze, un petit fils de Darley Arabian, et que sa quatrième mère était également par le même Darley Arabian.

Pedigree_Herod_650

Herod a engendré Highflyer en 1774, meilleur étalon en Grande-Bretagne de 1785 à1796. La lignée de Highflyer a persisté pendant de nombreuses générations mais s'est éteinte dans la première moitié du 20e siècle.

Herod a également engendré Florizel né en 1768, qui a engendré Diomed (1777). Diomed allait devenir un père fondateur du turf américain. À son tour, Diomed a engendré Sir Archy qui était le premier grand "père d’étalons" aux États-Unis. Quelques générations plus tard, grâce à la lignée de Sir Archy, Lexington est devenu le « leading sire » en Amérique du Nord seize fois au milieu du XIXe siècle, mais sa lignée s'est éteinte à la fin du XXe siècle.

Sultan

La lignée d'Herod a surtout continué en europe à travers Woodpecker, née en 1773, qui a engendré Buzzard (1787). Buzzard a fondé plusieurs lignées d’étalons qui ont prospéré au 19e siècle, dont la plupart se sont fanées au 20e siècle.

La lignée mâle de Buzzard a cependant continué à travers Selim, poulain alezan né en 1802, qui était sacré meilleur étalon en Angleterre en 1814. Selim a aussi produit une lignée d’étalons florissante, dont la plupart ont cependant disparu au milieu du 20e siècle, sauf à travers Sultan, né en 1816. Sultan a été sacré meilleur étalon 6 fois. Sultan avait effectué une belle carrière, remportant 14 courses dont la Gold Cup à Newmarket.

Pedigree_Sultan_SS

PEDIGREE SUlTAN à noter inbred 4x5x5x4 sur Herod et 4x4 sur Eclipse (un des meilleurs descendants de Darley Arabian)

Flying Dutchman

Sultan a à son tour engendré Bay Middleton (1833), tête de liste en 1844 et 1849. Bay Middleton a engendré plusieurs lignées, éteintes au milieu du 20e siècle, mais la lignée mâle de Bay Middleton s'est poursuivie par le biais du Flying Dutchman, né en 1846.

Flying Dutchman a remporté toutes ses courses sauf une, dont deux courses classiques (le Derby et le St. Leger), ainsi que les Stakes de juillet à Newmarket, les Champagne Stakes de Doncaster, les Bickerstaffe Stakes de Liverpool, les Belvoir Stakes, la Russian emperor Plate (remplaçée maintenant par l’Ascot Gold Cup) et un célèbre match de 1000 guinées contre Voltigeur. Il a donné Ellington (vainqueur du Derby), Flying Duchess (mère de Galopin, père de St. Simon) et Dollar.

Flying_Dutchman

FLYING DUTCHMAN

La lignée du Flying Dutchman a continué à travers Dollar, né en 1860, qui a engendré Androcles en 1870, qui a engendré Cambyse en 1884 (dont descend aussi le fameux Epinard (1920), qui a produit Gardefeu en 1895, dont Chouberski en 1902, qui a engendré Bruleur en 1910, qui a enfin engendré Ksar en 1918.

Ksar, 1921

Ksar, vainqueur du Prix de la Salamandre à deux ans, domina largement ses contemporains à l'âge de trois et quatre ans. En 1921, il enchaîna le Prix Hocquart, le Prix Lupin, le prix du Jockey Club, un premier Prix de l'Arc de Triomphe et le Prix Royal Oak. L'année suivante, les Prix du Président de la République (futur Grand Prix de Saint-Cloud), du Prince d'Orange, du Cadran et des Sablons tombèrent dans son escarcelle. Mais surtout, il fut le premier à conserver son titre dans le Prix de l'Arc de Triomphe, devenant le premier des huit chevaux à réussir cet exploit. Il se retira avec 11 victoires en 15 courses. Ksar a engendré Tourbillon en 1928

KSAR1921

                                                                             KSAR

Tourbillon, gagnant du Jockey-club et du prix lupin, a été trois fois meilleur étalon en France. Son fils Djebel, né en 1937, en 22 départs, en a remporté 15, s'est classé trois fois deuxième et une fois troisième. Ses victoires incluent le Prix de l'Arc de Triomphe de 1942, les 2000 Guinées (GB), le Prix des Sablons, le Prix Boiard (deux fois), le Prix d'Harcourt (deux fois), le Prix d'Hédouville (deux fois), le Grand Prix de Saint-Cloud, Prix d'Essai, Prix Lagrange et les Middle Park Stakes. Il a terminé deuxième du Prix Morny, du Grand Prix de Saint-Cloud et du Prix de Chantilly, et troisième du Prix de l'Arc de Triomphe de 1941.

Parmi la descendance en lignée mâle de Tourbillon, il faut nommer aussi Meridien (1936), grand-père du grand étalon d'obstacles Misti (1958), Caracalla (1942) gagnant de l'Arc, Coaraze (1942), gagnant du Jockey-Club, ou Turmoil (1945), grand-père de L'escargot (1963), gagnant du Grand national de Liverpool.

Djebel a engendré My Babu, qui a également remporté les 2000 Guinées. La lignée My Babu a persisté pendant plusieurs générations, surtout en Australie via son fils Better Boy, où il a été tête de liste 4 fois.

Djebel

DJEBEL

La descendance en lignée mâle de Djebel compte plusieurs gagnants d'Arc comme Coronation (1946), Puissant Chef (1957),Levmoss (1965),... Djebel a également engendré Hugh Lupus (1952), grand-père de Blakeney (1966) (Derby d'Epsom) et Clarion, né en 1944.

Clarion a engendré Klairon en 1952, dont le fils Luthier a été tète de liste à quatre reprises. Luthier a remporté des courses importantes en France, mais on se souvient surtout de lui en tant que père de champions et père de mères. Retiré au haras en 1970 au Haras d’Etreham en Normandie, il a été tête de liste des étalons en France en 1976, 1982, 1983 et 1984, et père de soixante et un gagnants de Groupes. Parmi ses progéniture notable, Luthier a engendré Sagace, vainqueur -déclassé-) du Prix de l'Arc de Triomphe 1984 et la pouliche Riverqueen dont les victoires à l'âge de trois ans en 1976 comprenaient le Grand Prix de Saint-Cloud, la Poule d'Essai des Pouliches et le Prix Saint-Alary. Luthier était aussi le père de Saint Cyrien, le poulain de 2 ans champion de 1982 en France et étalon de tête en France en 1990. Luthier a été le meilleur père de mères en France à huit reprises avec quatre-vingt-seize vainqueurs de groupes.

luthier

LUTHIER

 La lignée de père de Luthier a continué via Tip Moss et Mansonnien (1984), tête de liste en obstacles comme père de gagnants et père de mères à plusieurs reprises, d’où BRAVE MANSONNIEN et Diamond boy (Exporté en Irlande), et via No lute, d’où Video rock, très présent dans les souches d’obstacles et son seul fils étalon Kap Rock.

Mansonnien

                                                 MANSONNIEN

Klairon a également engendré Lorenzaccio en 1965, qui à son tour a engendré Ahonoora en 1975

Ahonoora s'est avéré une réussite au haras en GB, avec des descendants comme Don't Forget Me (2000 Guinées) (d'ou Remember Rose, gagnant du Grand-Steple Chase de Paris), Dr Devious (Epsom Derby) et Indian Ridge qui a à son tour a plusieurs fils et petits-fils toujours au haras (dont Dunaden, gagnant de la melbourne cup). Un autre fils d'Ahonoora, Inchinor, a engendré Notnowcato en 2002.

Notez que se concentrer sur la lignée mâle sous-estime l'influence de Byerley Turk: une analyse détaillée du stud-book montre qu'il a un pourcentage de sang plus élevé dans le pur-sang moderne que celui des autres étalons fondateurs. 


 [bs1]