Info IGFs

Info IGFs

 

Les stress métaboliques (sevrage, compétitions, transports, maladies, ...) provoquent des modifications parfois très importantes des équilibres hormonaux qui régulent les fonctions physiologiques tant au niveau du système somatotrope (récepteur GH, IGF-I, ...), que des axes gonadotrope (oestradiol, progestérone), thyréotrope (T4, T3) et corticotrope (cortisol, ...). Ces stress affectent également la fonction immune (IgA, ...) ouvrant la porte aux maladies et infections

Dans les régulations endocriniennes des fonctions biologiques, l'axe somatotrope exerce un rôle central. Synthétisée par l'hypophyse, l'hormone de croissance (ou GH) interagit essentiellement avec son récepteur hépatique afin de produire le principal facteur mitogénique, l'IGF-1 (Insulin growth factor-1)

Chez un individu en balance énergétique positive, la production hypophysaire de GH (hormone de croissance) sous l'impulsion du GHRH hypothalamique, induit la production hépatique d’IGF, véritables activateurs de la multiplication cellulaire et donc des productions animales et des capacités de performance.

 Par contre, en cas de balance énergétique négative, la stimulation hépatique par la GH est fortement affectée (réduction sévère des récepteurs à la GH au niveau du foie) avec pour conséquence une diminution drastique de la production d'IGF et un détournement de la GH hypophysaire principalement vers les tissus adipeux afin d'y induire une lipolyse libératrice d'énergie mais avec des risques non négligeables de cétose et d'acidose.

La conséquence majeure des stress métaboliques est l'apparition d'une balance énergétique négative induisant une diminution de la production (croissance, capacité de performance), une diminution de la reproduction (fertilité réduite, absence d'ovulation, ….) et une réduction de l'activité immunitaire avec augmentation des pathologies.

 

Chez le cheval comme chez tous les mammifères, les IGF  sont  impliquées dans le contrôle de la reproduction ainsi que dans la plupart des phénomènes de croissance et de régénération. Les IGF sont aussi d'excellents indicateurs du métabolisme, mesurables dans le sérum.

 

 

Courbes_IGF.jpg
 

On sait ainsi que, toute comme chez l'homme (voir figure ci-dessus) la production hépatique d'IGF connait un pic à la puberté avant de se stabiliser à des taux qui restent constants pendant la vie adulte.

Lors d'un stress les taux sériques des IGF baissent, et on observe à ce moment une plus grande vulnérabilité de l'organisme.

 

 

Impact on performances and health of metabolic stresses (weaning, milk’s anoestrus, competitions, diseases,…) result from modifications sometimes very important of hormonal balances monitoring physiological functions, and in particular on the somatotropic system (receptors GH, IGF-I,…),  gonadotrope ways (oestradiol, progesterone), thyréotrope (T4, T3) and corticotrope ways (cortisol,…). These stresses also affect the immune function (IgA...,) opening doors to diseases and infections.

 

In the endocrins regulations of the biological functions, the somatotropic axis exerts a central role. Synthesized by the pituitary gland, the growth hormone (or GH) primarily interacts with its hepatic receptor to produce the principal mitogenic factor, the IGF-1 (Insulin growth factor-1)

In case of individual positive energy balance, hypophyseal (pituitary) production of GH (for growth hormone) under the impulse of the hypothalamic GHRH, induces hepatic production of IGF-1 genuine activator of the cellular multiplication and thus of the livestock productions and the capacities of performance.

On the other hand, in case of negative energy balance, hepatic stimulation by the GH is strongly affected (severe reduction of the GH receptors in the liver) with for consequence a drastic reduction in the production of IGF-I and a diversion of the pituitary GH mainly towards fat stocks to induce there a lipolysis source of energy but with considerable risks of ketosis and acidosis.

The major consequence of metabolic stresses is the appearance of this negative energy balance inducing a reduction in the production (growth, capacity of performance), a reduction in the reproduction (reduced fertility, absence of ovulation...) and a reduction of the immunizing activity with increase in pathologies.

 

For horses like for all mammalians, IGF-I are not only a very liable indicator of metabolism, they are involved as well in the control of the reproduction and in many regenerative or growth’s process.

We know also that, like for humans, hepatic production of IGF shows a peak at puberty before stabilizing at levels that remain constant during adult life.

In case of any stress, seric levels of IGF fall, and there is at this time a greater vulnerability of the body.