Info Soufre

Info Soufre

Le Soufre dans l’alimentation équine.              Dr Bernard Stoffel, ©2005

 

Les suppléments nutritionnels sont des produits de la Nature qui, ajoutés dans les rations des chevaux, leur permettent de faire face à des besoins nutritionnels particuliers. Ils apportent des éléments qui participent aux grands équilibres du Métabolisme.

 

Dans la Nature, le cheval a  la possibilité de sélectionner les éléments qu’il ingère, en fonction de ses besoins spécifiques et des effets physiologiques de ces éléments. Le biotope naturel du cheval lui permet normalement de faire face aux pathologies courantes. Nos chevaux ne sont plus dans leur biotope naturel : soit ils séjournent dans des prairies ensemencées ou traitées, soit ils sont confinés au box.

Parmi ces éléments naturels que le cheval trouve dans les herbages figure en premier lieu le MSM, le composé soufré le plus simple et le plus disponible présent dans les végétaux verts et frais.

 

Le Soufre : un élément nutritionnel sous - estimé.

 

Le Soufre est cependant un des éléments des plus répandus dans la nature et connu de tous temps pour ses bienfaits : les Grecs utilisaient déjà l'Ail pour ses vertus antiarthritiques et antipsychotiques. Les agriculteurs connaissent sa valeur en tant que fongicide et fertilisant.

 

On trouve du Soufre dans toutes les cellules vivantes du règne végétal et du règne animal.

Cependant, en dépit des rôles vitaux joués par le Soufre dans le métabolisme cellulaire, c’est un élément dont nous ne nous servons pas suffisamment dans nos programmes diététiques.

C’est pourquoi il est utile d’éclairer d’un nouveau jour le Soufre, et particulièrement le Soufre organique, forme sous laquelle il est le plus aisément absorbé par l’organisme animal.  Cette forme est appelée Méthyl-Sulfonyl-Méthane, en abrégé : MSM.

 

Le Méthyl-Sulfonyl-Méthane, ou MSM, est un composé soufré dont la formule chimique est CH3SO2CH3 une formule chimique toute simple, même si elle paraît rébarbative !

 

A l’origine de la vie, le composé soufré, produit par le phytoplancton dans les mers, se transforme en composé volatil et est libéré dans l’atmosphère. Ensuite, sous l’effet catalytique des rayons solaires, il est oxydé en Diméthyl-SulfOxide et en Méthyl-Sulfonyl-Méthane. Le DMSO et le MSM se dissolvent dans les gouttes de pluie et retournent ainsi sur terre. Les plantes et végétaux absorbent et accumulent ces sources de Soufre et les utilisent pour les transformer en méthionine et autres dérivés soufrés. Les plantes stockent une certaine quantité de MSM, qui entre directement - tel quel - dans la chaîne alimentaire et est consommé par les mammifères.

 

Le Soufre est donc un élément très répandu aussi bien dans la nature que dans les organismes animaux. Tout mammifère a du MSM dans le sang !

Pour ceux-ci, le Méthyl-Sulfonyl-Méthane (MSM) est la source naturelle de Soufre organique, présent sous cette forme dans de nombreux végétaux.

Cette forme organique est en effet beaucoup plus assimilable (99% d’absorption) que le composé minéral (5 à 10%).

Malheureusement, une grande partie du MSM, très volatil, est perdue au cours des diverses manipulations nécessaires à la fabrication et au conditionnement des aliments. C’est pourquoi il peut être utile d’apporter du MSM en supplément aux chevaux qui n’ont pas accès aux pâturages ou à une alimentation fraîche.

 

Les composés Soufrés sont des éléments vitaux pour l’organisme.

Les acides-aminés Soufrés (Méthionine, Cystéine, Taurine) sont des éléments constitutifs de nombreuses molécules indispensables (Vitamines du groupe B, Glutathion, Collagène, Chondroitine, Kératine, Glucosamine, Acide Lipoïque, Coenzyme A ….

 

Les Acides-aminés soufrés

Méthionine : Elle est sans doute un des premiers composés organiques, à la source de la vie.

Cet acide aminé essentiel participe au catabolisme des graisses, contribuant ainsi à contrôler l’accumulation des lipides dans le foie et les vaisseaux, et à réguler la circulation sanguine dans le cerveau, les reins et le myocarde.

La Méthionine participe aussi à la synthèse de l’ADN et de l’ARN, et joue un rôle important dans les mécanismes de détoxication des métaux lourds : Cadmium, Mercure, Arsenic et Plomb. La Méthionine diminue la fatigue musculaire et est aussi bénéfique dans le traitement des rhumatismes. Elle soutient l’excrétion hormonale des oestrogènes.

Des déficiences en Méthionine et en Taurine ont été associées avec des troubles allergiques et des troubles d’origines immunitaires.

La Méthionine est un constituant important des endorphines qui permettent à l'organisme de contrôler les phénomènes douloureux. La synthèse endogène de la Taurine dépend de la biodisponibilité en Méthionine. L’organisme transforme aussi la Méthionine en Cystéine, qui est précurseur du très important Glutathion.

Cystéine : Comme tous les acides-aminés soufrés, la Cystéine joue un rôle structurel primordial pour les protéines, rôle qu’elle remplit sous forme de Cystine, qui résulte de l’oxydation de deux Cystéines.

La Cystéine est présente dans la Kératine, la protéine principale des tissus et  des productions cutanées. Elle est aussi constitutive du Collagène, qui confère à la peau ses propriétés d’élasticité.

La Cystéine est essentielle dans la production d’énergie, car elle peut être transformée en hydrate de Carbone par l’organisme.

De plus cet acide-aminé, conjointement avec la Méthionine, est essentiel dans les mécanismes de synthèse de l’acide α-lipoïque, un agent antioxydant.

Comme la Méthionine, la Cystéine possède l’extraordinaire capacité d’inhiber l’action délétère des agents carcinogènes et des composés toxiques. Elle soutient les processus de guérison des troubles respiratoires et des brûlures.

Taurine : Cet acide-aminé méconnu peut être synthétisé dans le foie à partir de Cystéine et partout dans l’organisme à partir de Méthionine. Pour les herbivores, cette synthèse est cruciale, car la Taurine n’est pas présente dans les végétaux.

Il s’agit d’un des acides-aminés les plus répandus dans l’organisme et il est essentiel à son bon fonctionnement. Pour les jeunes, la synthèse et les apports de Taurine sont très importants, car le développement normal du système nerveux et des muscles en est dépendant. La Taurine n’est pas incorporée dans les protéines et est cependant un élément-clé de l’organisme. Bien qu’il apparaisse qu’elle n’ait pas de réel pouvoir antioxydant, elle contribue cependant à la stabilité des membranes cellulaires, à leur intégrité et leur solidité. La Taurine facilite les échanges intra- et extra-cellulaires des ions de Ca, K, Mg et Na. La Taurine est particulièrement concentrée dans les leucocytes, les reins, le cerveau, le cœur et la rétine.

Dans le myocarde, la Taurine est impliquée dans les mécanismes de transmission nerveuse, agissant sur l’utilisation du Calcium. La Taurine est indiquée dans la prévention et le traitement des crises cardiaques congestives chez l’homme.

Enfin, la Taurine est un composant de la bile, dont un des rôles est l’absorption et la transformation des graisses.

 

Glutathion

Ce tripeptide (association de 3 acides-aminés) est formé de molécules de Cystéine, de Glycine et d’Acide Glutamique.

Le Glutathion est synthétisé surtout dans le foie. Il est présent dans presque tous les organismes vivant sur terre. Sa principale fonction est l’inhibition des substances toxiques.

Le Glutathion neutralise les radicaux-libres en les complexant et les transfère à d’autres  agents antioxydants comme la vitamine E.

Dans le foie le Glutathion se lie aux substances toxiques, permettant ainsi leur métabolisation. Le Glutathion prévient aussi les réactions d’oxydation des érythrocytes par les composés oxygénés instables.

Ce remarquable agent antioxydant joue aussi un rôle dans la régénération cellulaire.

 

Sulfate de Glucosamine

La Glucosamine est un élément de structure des ligaments, tendons, synovie, membranes des cellules digestives et respiratoires, valves cardiaques, tissus des yeux, de la peau et des os. Elle est synthétisée dans l’organisme à partir de glucose, de glutamine et est présente sous forme de sulfate.

Les liaisons entre atomes de Soufre du collagène sont aussi essentielles à la cohésion des tissus de connexion qui relient tous les tissus ensembles.

 

Acide α-Lipoïque

L’Acide α-Lipoïque est un agent antioxydant et est cofacteur des réactions catalysées par les vitamines E, C et le Glutathion. Il joue aussi un rôle dans la production d’énergie en augmentant la métabolisation du glucose.

 

Coenzyme A

L’acide pantothénique, une vitamine du groupe B, est transformé en Coenzyme A, sa forme biologique active. Il intervient en tant que tel dans le métabolisme des acides-gras, du cholestérol et des substances qui en dérivent (bile, vitamine D, hormones stéroïdes). Le Coenzyme A intervient aussi dans l’hématopoïèse et dans la synthèse de l’acétylcholine.

 

Répartition du Soufre dans les tissus

Approximativement la moitié du Soufre contenu dans l’organisme est concentré dans les muscles, la peau et les os.

Il est présent dans la Kératine, la protéine de base des tissus cutanés et des phanères. Un apport de MSM augmente la vitesse de croissance des productions de la peau : les poils, ongles et sabot, tout en améliorant leur structure et leur souplesse.

Le Soufre est nécessaire pour la synthèse du Collagène, le constituant principal des cartilages et des tissus de liaison.

Il est responsable de la conformation des protéines, grâce aux liaisons entre atomes de Soufre qui permettent la cohésion tissulaire.

 

Absorption et utilisation du MSM par l’organisme

Le MSM est une poudre cristalline blanche n’ayant ni odeur, ni  goût désagréable, à l’inverse de son cousin biochimique, le DMSO.

Il est utilisé comme complément alimentaire depuis plusieurs années, sans qu’aucun cas d’intolérance ou d’allergie n’ait été rapporté.

Son devenir dans l’organisme est similaire à celui de l’eau. Le MSM, absorbé à 99% par voie intestinale, est utilisé par l’organisme, alors que le surplus est excrété dans les 12 h par voie urinaire.

Une déficience en MSM alimentaire diminue la capacité de l’organisme à assumer le renouvellement cellulaire et les processus de cicatrisation, et peut induire des troubles métaboliques.

Un apport nutritionnel de MSM permet d’augmenter la flexibilité des membranes et la perméabilité des cellules. Ces effets du MSM sur la perméabilité des membranes cellulaires sont bénéfiques dans de nombreuses situations.

L’action essentielle du MSM réside dans sa capacité de régulation de la perméabilité des membranes cellulaires. Les échanges des fluides intra- et extra-cellulaires sont ainsi facilités, atténuant aussi les variations des pressions tissulaires. Les tissus sont ainsi plus souples, les variations de pressions sont diminuées, ce qui réduit les sensations de douleurs.

 

Tout homme de cheval connaît les bienfaits d’un séjour au pré pour un cheval, qu’il soit en croissance, fatigué, ou blessé : et si le MSM en était une des raisons ?

 

Bibliographie- Références

-The MSM Miracle - Enhance your health with organic sulfur ,1977 ,  Earl L. Mindell , R.Ph.,Ph.D,

-Biochemistry: Lippincott Champe et al.1994 –

-Oxford Dictionary of Biochemistry and Molecular Biology – 2000 Oxford University PressUSA

- Methonyl sulphonyl methane - a vitamin like substance. Is it an essential nutrient? Larkins N.J., Gaugas J.D.,

In: Nutritional and Therapeutic Modalities Seminar. ZurichSwitzerland. 1993.

-Methylsulfonylmethane and methods of use Herschler RJ,United States Patent 4,296, 130; October 20, 1981.

- Dietary and pharmaceutical uses of methylsulfonylmethane and compositions comprising it. Herschler RJ: United States  Patent 4,514,421; April 30, 1985.

- Methylsulfonylmethane in dietary products  Herschler RJ:,United States Patent 4,616,039; October 7, 1986.

- MSM: a nutrient for the horse.  Herschler RJ. Equine Vet Data;7:17:268-269..

- Introductory remarks: dimethyl sulphoxide after 20 years. Jacob SW and Herschler RJ. Ann NY Acad Sci 1983; 411:xxii-xvii.

- Incorporation of methylsulfonylmethane sulfur into guinea pig serum proteins. RichmondVL,Life Sciences 1986; 39:263-268.

- Incorporation of methylsulfonylmethane sulfur into guinea pig IgG, transferrin and albumin fractions and  tissues.  Richmond VL. Pacific Northwest Research Foundation, SeattleWA.

- The current status of MSM in medicine. Jacob SW. Am Acad Med Prev 1983; October 29, 1983 lecture and workshop.

- Natural occurring levels of dimethyl sulphoxide in selected fruits, vegetables, grains, and beverages.

 Pearson TW, Dawson HJ, and Lackey HB. Am Chem Soc 1981.

 - Incorporation of methylsulfonylmethane sulfur into guinea pig serum proteins. Richmond VL.

Life Sciences 1986; 39:263-268.

- Defects in sulphur metabolism.Wright J and Littleton K,Intl Clin Nutr Rev 1989;9(3): 118-119.

- Defects in Sulphur Metabolism II: Apparent failure of sulphate conjugation. Wright JV and Kirk FR.

Intl Clin Nutr Rev 1989;9(4): 182-184.

- Simultaneous sulfation of endogenous chondroitin sulfate and chondroitin-derived oligosaccharides.

Sugumaran G; Cogburn JN; Silbert JE. J Biol Chem, 1986 Sep 25, 261:27, 12659-64

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------